THIMO: Une Porte pour l’autonomisation socio-économique des bénéficiaires….

Ils ont travaillé, épargné et sont devenus autonomes
.

«  Le sous projet des Travaux  à haute Intensité de Main d’Œuvre (THIMO) du Fonds Social de la RDC, m’a rendu autonome ! », a dit la bénéficiaire Yvonne Luvu, 23 ans, fille Mère.  Yvonne ne  jurais que sur un objectif, celui de refaire et réussir sa vie. Un jour, la chance l’a souri d’être sélectionnée par loterie comme bénéficiaire des THIMO en milieu Urbain, dans le paquet de la catégorie Travaux + Formation + Epargne.

Elle a fait sa formation en coupe et couture à l’Institut National de Préparation Pressionnelle (l’INPP/Goma) et grâce à l’épargne d’une partie de ses frais de  transport pendant l’exécution des THIMO, elle a réussi à  acquérir une machine à coudre. A ce jour, « j’ai un atelier de coupe et couture qui me permet tant soit peu de subvenir à mes besoins et de  payer les frais scolaires de ma fille. »

Prince Lelo de Goma, la trentaine révolue et détenteur du diplôme de formation en mécanique, bénéficiaire  des Travaux  à Haute Intensité de la Main d’œuvre en milieu urbain, Mr Prince a pu épargner et s’est acheté l’outilla et les équipements nécessaires pour ouvrir un atelier de quado à Goma, non loin du rond-point Tchikudu, dans la  province du Nord-Kivu.

Dans son atelier, Lelo offre des services de réparation des pneus et des véhicules.  Du coup, il s’est créé une PME en employant  trois de ses collègues de la formation mécanique.  Courageux et zélé pour son travail, Prince Lelo compte faire grand pas dans les jours avenir. « Je compte acheter un mini-bus pour me lancer dans le transport en commun dans la ville et gagner un peu plus d’argent », a-t-il conclu. 

 

 

© 2016 Fonds Social de la RDC. Le contenu de ce site ne peut être reproduit sans autorisation | Conception par fl-digital.