Antenne de Tanganyika

L’ancien district du Tanganyika est devenu l’une de quatre nouvelles provinces issues du démembrement de l’ex province du Katanga, depuis le 16 juillet 2015, date de l’adoption du rapport de la commission du démembrement de la Province du Katanga par l’assemblée provinciale.
Large de 134.940 km², elle est située au nord-est de la Province du haut Katanga, fait frontière avec les provinces du Maniema et du Sud-Kivu. Le lac Tanganyika qui le borde à l’Est, constitue la frontière naturelle avec la Tanzanie.La province a 6 territoires à savoir ; Kabalo, Kalemie, Kongolo, Moba, Manono etNyunzu.
Une mosaïque d’ethnies et communautés vivent au Tanganyika à savoir :

- Dans le territoire de Kalemie : à côté des Baoloolo majoritaires, vivent depuis des siècles d’autres groupes ethniques venus du Sud-Kivu comme les Bembe, Bafuliro, Bavira et d’autres groupes venus de différents territoires, Kalemieétant le chef-lieu de la Province.
- Dans le territoire de Kongolo : les BAHEMBA y sont principalement, aux côtés deBenyemambwe, de Songye et deLubas.
- Dans le territoire de Moba : majoritairement les Batabwa, puis les Bemba vers Pweto.
- Dans le territoire de Nyunzu : On y retrouve les Banyakalanga et les Benyelengwe aux côtés des BALUBA et des Batwa.
- Dans le territoire de KABALO : Les Balubas principalement.

Signalons que les Balubavivent dans les Territoires de Manono, Kabalo, Kongolo et Nyunzu. Les Batwas ou Pygmées vivent aux côtés de ces autres ethnies dans l’ensemble de 6 territoires. Au fil du temps, d’autres groupes venant d’autres territoires de l’ex Katanga, du Maniema et du Sud- Kivu se sont établis dans différentes parties de la province du Tanganyika suite à l’insécurité, surtout dans le territoire de Kalemie et de Nyunzu. Il s’agit surtout des Babembe, Babuyu, Bafuliro, Bavira, Bashi… Tous ces territoires, n’ont pas été à l’abri des conflits récurrents qui ont eu lieu durant presque deux décennies.
Cependant parmi les nouvelles provinces démembrées ; le haut Katanga et le Tanganyika ont été le siège des conflits récurrents depuis plusieurs années. Les conflits armés ont élu domicile depuis 2011 jusque vers fin 2015 dans les territoires de Manono, Pweto et Mitwaba, zone communément baptisée triangle de la mort.

Ces conflits ont opposé la milice Mai-MaiBakata Katanga et l’armée régulière des FARDC, et ont causé, d’une part, d’importants mouvements de déplacés internes et la destruction des infrastructures socio-économiques, - rendant ainsi vulnérables les moyens de subsistances des communautés affectées et fragilisant les mécanismes de cohabitation pacifique entre communautés vivant dans cette zone –et, d’autre part, l’analyse des confits relève une dynamique de conflit jadis latent, lié au manque de cohabitation pacifique entre pygmées et bantous, particulièrement les LUBA.

Ce conflit serait dû à l’émergence d’une société en déséquilibre entre les deux principaux groupes ethniques : les bantous bénéficient des bienfaits de la civilisation moderne au détriment des pygmées restés à l’état naturel.
L’éveil de la prise de conscience chez les pygmées tend à mettre fin à leur exploitation par les bantous. La revendication se faisant brutalement, les relations entre ces deux communautés se sont profondément détériorées et se soldant ainsi par des affrontements violents avec usage des armes blanche (des flèches). Ces violences ont conduit aux déplacements massifs des populations ainsi que la destruction des infrastructures socio-économiques et des habitats (des villages entiers brulés et abandonnés) dans les zones affectées par les conflits.

Source : Derrick MANEGABE BAHAYA, Responsable en Gestion des Conflits, Antenne FSRDC/Tanganyika.

© 2016 Fonds Social de la RDC. Le contenu de ce site ne peut être reproduit sans autorisation | Conception par fl-digital.